Actualités

Le point sur Steamforged Games

Bonjour à toutes et à tous ! Etant donné que l'éditeur Steamforged Games vient de lancer un nouveau crowdfunding, à savoir GodTear un jeu de plateau avec figurines. 

Je me suis dit qu'il serait bon de faire le point ensemble sur cette maison d'édition.

Historique de Steamforged Games

Fondée en 2014 après le lancement réussi de Guild Ball, Steamforged Games Ltd, basée à Manchester, a connu une croissance remarquable en quelques années.

Les projets crowdfunding :

  • Guild Ball - Financé en mars 2014 (890 contributeurs et contributrices ont engagé 93 691 £ pour soutenir ce projet)
  • Dark Souls - Financé en mai 2016 (31 178 contributeurs et contributrices ont engagé 3 771 474 £ pour soutenir ce projet)
  • Résident Evil 2 - Fincancé en octobre 2017 (7 583 contributeurs ont engagé 800 561 £ pour soutenir ce projet)
  • GodTear - Actuellement en crowdfunding sur Kickstarter jusqu'au 23 avril

Et aussi deux jeux de cartes hors campagne de financement : 

Steamforged Games se disent "passionnés par la fourniture d'expériences et d'accessoires de table haut de gamme". Et la boite de base de Dark Souls étant passé entre mes mains, je peux confirmer la qualité globale du matériel, du moins sur ce jeu là et malheureusement pour le moment, seulement sur la boite de base (voir le point sur les livraisons, plus bas).

Ils souhaitent également soutenir d'autres développeurs plus petits et indépendants dans leurs projets en fournissant des services de conseil, de support de pipeline, de traitement des commandes et de distribution au détail. En effet, chaque projet développé leur fait acquérir de l'expérience et ils veulent permettre à d'autres développeurs indépendants d'utiliser leur plate-forme de logistique pour lancer leurs jeux, ce qui leur permettrait de se concentrer sur le cœur de leur expérience de jeu.

Steamforged Games s'est donc développé très rapidement grâce au crowdfunding !

Un grain de sable dans l'engrenage

Cependant, le succès de Dark souls les a poussé dans leur dernier retranchement en terme de gestion de production. Il faut savoir que c'est l'un des plus gros projets de jeu de plateau en terme de participants avec 31179 backers. Mais qu'en plus il y a eu la gestion de plusieurs langues, jusqu'à 5 éditions différentes... Le projet paraissait également peu avancé au moment du Kickstarter.

Ils ont donc livré à ce jour, soit près de 2 ans après le financement, uniquement les boites de bases pour Dark Souls. Il faut par contre reconnaitre que beaucoup, avec un tel succès et un tel nombre de langues, n'auraient pas fait mieux, voir pire... Il faudra malheureusement attendre encore pour la livraison de l'enssemble du projet. Laissant un goût amer à beaucoup de backers ne se rendant pas vraiment compte de l'envers du décors concernant la production de telle envergure. Surtout sur des licences qui peuvent potentiellement attirer près de 30% de personnes inhabituées des crowdfunding...

Et justement, si nous faisions maintenant le point sur les livraisons ?

Le point sur les livraisons

  • Guild Ball : Livraison OK
  • Dark Souls boite de base : Livraison effectuée en juin 2017
  • Dark Souls vague 2 (les addons) : Livraison estimée en août 2018
  • Dark Souls vague 3 (les SG) : Livraison estimée en septembre 2018
  • Résident Evil 2 : Livraison estimée en septembre 2018
  • Dark Souls vague 3 (les SG) : Livraison estimée en septembre 2018
  • Résident Evil 2 : Livraison estimée en septembre 2018 (financé en obtobre 2017)
  • Godtear : Livraison estimée en avril 2019 (financé en avril 2018)

Le bilan

Nous avons également soulevé le problème des successions de projets sur Némesis porté par Awaken Realms,  qui se retrouve également à devoir gérer plusieurs projets en production et qui a relancé dernièrement Némesis, dont le Pledge Manager ne devrait plus tarder.

Il faut donc savoir que pour le cas de Steamforged Games, le retard pris dans la production n'a rien de plus extraordinaire que chez d'autres maisons d'édition. Que de tels succès engendrent forcément des complications. Je fais partie de celles et ceux qui pense que nous devons en parler, faire un travail d'information à ce sujet, pour faire tomber tous les malentendus et rancoeurs que de telle situations peuvent engendrer. 

Oui, les retards de productions sont nombreux en crowdfunding, mais pour ma part je constate surtout les faits, la façon de communiquer des maisons d'éditions (si elle est mensongère ou sincère) et bien entendu le résultat à l'arrivé. Pas question de faire des jugements à l'emporte pièce.

Sammael95 a fait remarqué sur le projet Nemesis, que le maximum devrait être :

1 projet en production + 1 projet en crowdfunding + 1 projet en développement

Et je partage également ce point de vue. Même si une solide boite peut gérer sans trop de souci davantage de projets. En crowdfunding, cela peut vite devenir une catastrophe sur la confiance des soutiens si il y a des retards de productions qui s'accumulent...

Et vous ? Quelle est votre maximum toléré ?

Vous recevrez un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre du RCLudique pour ajouter des commentaires.

Rejoindre RCLudique

Commentaires

  • Après ça concerne les maisons d'éditions qui n'arrivent pas à suivre leur propre cadence de projets hein. Tant que tout roule, tout roule... Le problème c'est quand ça commence à ramer et que les finances d'un KS sont là seulement pour payer les salaires de l'équipe et palier au délai de gestion qui s'allongent. Certaines et certains parlent de : "pas le choix" mais ça s'appelle une mauvaise gestion, tout simplement. Et à un moment faut remettre les compteurs à zéro pour espérer perdurer.

  • Oui c'est bien Stretch goals. Cependant ils peuvent les sortir en boutique et "generer du cash" puisque ce sont en fait des extensions découpées offertes via les Stretch goals. C'est juste qu'ils sont a la ramasse sur Dark souls et qu'ils continuent à renflouer les caisses avec donc un troisième ks de plus, dès demain, qui sera effectivement bien plus juteux que les petites extensions de Dark souls en boutique. On a clairement dépassé la "tolérance" de beaucoup de Backers, a savoir en gros 1 projet en prod 1 en développement et 1 en financement.

  • Si part "SG" tu sous entend "SteamForged Games" , ils ont bien sortie Dark Soul en boutique ^^" Si c'est "Strech Goal" là effectivement tu ne peux pas les sortir en boutiques ^^"

  • en même temps, les SG tu peux pas les sortir en boutique pour générer du cash (je ne cautionne pas, je cherche à comprendre)

    MAIS d'un autre côté Guildball c'est super

  • Avec l'annonce de Horizon Zero Dawn à venir dès demain sur KS cet article est encore d'actualité...

     

    Horizon Zero Dawn par Steamforged Games
    Lien Kickstarter (à venir le 6 septembre) Horizon Zero Dawn est à la base un jeu vidéo de rôle et d'action en monde ouvert développé par Guerrilla Ga…
  • La confiance est l'élément clef en crowdfunding (la communication en est un des vecteurs). Il faut tout de même financer un jeu bien avant sa livraison et les retours sur la qualité matériel et du jeu. (c'est pour cela que les campagnes de réimpression fonctionnent si bien d'ailleurs) Mais les contributeurs et contributrices sont également fautif dans leur choix, préférant consommer une précommande, plutôt que de soutenir de vrai projet. Se concidérant client·e·s, plutôt que soutiens. Cela tire le crowdfunding vers de plus en plus de précommande, et la recherche de la confiance s'estompe, les maisons d'édition se contentent de fonctionner sous le modèle classique et se contentent d'avoir un apport financier supplémentaire au lancement grâce aux crowdfunding. J'appel cela les crowdfunding commerciaux. Et de multiplier les projets au détrimant de la confiance est une grosse erreur qui ne fera qu'estomper l'intérêt du crowdfunding.

    Pour le maximum toléré c'est finalement très subjectif, un code couleur serait vu comme un jugement, vert je passe, rouge je m'arrête et orange, ba je passe rarement et je m'arrête souvent (en théorie). Hors chacun à son propre degré de tolérence et ressenti global. Par contre, RCLudique se doit de partager les faits. Si les points sur les éditeurs comme celui-ci plait, alors nous essairons d'en refaire. Il serait par contre envisageable de faire le point sur les projets passés d'un éditeur, directement sur les pages de projets. Comme ici le point sur les livraisons. Cela permettrait d'apporter les faits et de laisser les membres se faire leur propre avis en fonction de faits réel et non de jugement ou critère défini par quelques personnes. Je vais faire un essai sur Godtear ;) 

    En définitif, rien et tout noir ou tout blanc, les maisons d'éditions sont responsables de leurs choix éditoriaux et les soutiens sont responsables du choix de les financer ou non. je fonctionne pour ma part beaucoup au ressenti, un point sur les livraisons me laisserait donc le choix d'avoir mon propre ressenti. Un électron libre :p

  • Je pense surtout que c'est le retour de bâton du succès de kickstater (ou autre).

    Les petites boites acquièrent des moyens, forment de nouvelles équipes pour développer de nouveaux jeux, puis les jettent "rapidement" dans la bataille, car la compétition est assez féroce (je trouve).

    Le problème, c'est que le temps de prod, lui est incompréssible, même dans les rares cas où tout se passe bien, et que du coup, ils ont le choix entre freiner leur développements et laisser des projets dans les cartons en attendant que la voie soit dégagée, ou tout envoyer, quitte a éroder leur capital confiance.

    La plupart choisissent la deuxièmes solution, qui sur le moment doit paraître plus attirante. Ca, couplé généralement avec un manque global de comm', je comprend qu'il y ai de plus en plus de projets floodés par des "oui mais on attend encore les X précédents jeux".

    Je pense qu'ici, c'est le rôle de la communeauté ludique de se faire entendre des editeurs. Qu'ils reprennent conscience du coté participatif, et de l'importance de la confiance, sans quoi la situation ne fera qu'empirer.

     

    My two cents...

  • De toute façon Sodapop a annoncé ne plus faire de KS. Là je pense que c'est le syndrome de l'équipe trop petite qui a eu les yeux plus gros que le ventre. Et qui manque de transparence. étonnamment, les porteurs de projet du genre sont assez nombreux (ou alors c'est un effet de prisme, car les trucs que j'apprécie semblent tous avoir de gros soucis de communication).

  • J'ai peur que ça créée un type de panurgisme, comme en bourse, où le vert appelle le vert, et le rouge appelle le rouge. Vert= vertueux, rouge = foutage de gueule, mais alors le orange? Le orange risquerait de crééer des difficultés sans laisser le bénéfice du doute.

    Un rappel dans les commentaires d'un projet serait plus indiqué, même si moins visible. Voire dans le suivi des projets déjà financés, avec une section test/retours ouverte aux contributeurs pour évoquer leur expérience.

    Là ça me rappelerait trop les agences de notation économique.

    Ceci dit, je ne demande qu'à être convaincu.

  • Je trouve ces infos sur la situation d’un éditeur très utile pour m’aider dans la décision de souscrire ou pas. 

    ca pourrait être une réelle plus-value du site, peut-être avec une signalétique simple:

    - vert: grosse boîte aux processus rodés permettant plusieurs campagnes en parallèle (CMON), précédents jeux livrés avant de lancer une nouvelle campagne (monolith actuellement, basculant même vers les processus rodés), réimpression (serious poulpes, cephalofair...), primo-éditeur sur un jeu « simple » à produire - matériel limité (hellion cat)...

    - orange : vigilance, enchaînement de plusieurs campagnes avec accumulation de retard (awaken realms), manque de communication, primo-éditeur sur un jeu ambitieux - beaucoup de matériel (monolith à l’epoque Conan)...

    - rouge: éditeur ne communicant plus / baladant les souscripteurs, primo-éditeur dont la campagne est délirante (ultimate conspiracy)

    Bref, une signalétique basée sur des critères factuels et affichés.

    qu’en pensez-vous ?

Cette réponse a été supprimée.